Biographie

Henri DUPARC est né le 23 décembre 1941 à Forécariah (Guinée).

En 1962, il suit une formation à l’Institut de la Cinématographie de Belgrade (ex-Yougoslavie) et, de 1964 à 1966, il poursuit ses études à l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques de Paris (IDHEC, actuellement la FEMIS).

En 1967, il s’installe en Côte d’Ivoire qui deviendra sa patrie d’adoption.

Il y travaille en qualité de réalisateur pour un organisme du gouvernement ivoirien, la Société Ivoirienne de Cinéma (SIC).

Il réalise, en octobre 1969, son premier moyen métrage : “MOUNA OU LE REVE D’UN ARTISTE”. Ce film fera, l’année suivante, l’ouverture de la 2ème édition de la “ Semaine du cinéma africain de Ouagadougou”, qui deviendra plus tard le FESPACO (Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou).

En 1972, il réalise son premier long métrage, “ ABUSUAN”.

Après la dissolution de la Société Ivoirienne de Cinéma, il crée, en 1983, sa propre structure - FOCALE 13 - qui se consacre, en un premier temps, à la production de films institutionnels sur commande puis, en 1986, se lance dans les grandes productions avec la mise en chantier sur fonds propres d’un feuilleton pour enfants intitulé “AYA”.

Le succès de cette série va permettre à Henri Duparc de financer, toujours sur fonds propres, en 1988, un scénario écrit quand il était étudiant à l’IDHEC : “ BAL POUSSIERE”.

Ce film obtiendra de nombreux prix.

Un autre projet, qui a retenu l’attention de producteurs français, est réalisé, en 1990, avec les acteurs Jean Carmet et Patrick Chesnay. Il s’agit du film “ LE SIXIEME DOIGT” qui obtiendra le Prix spécial du Jury du Festival du Film Francophone de NAMUR.

En 1993, Henri Duparc réalise ” RUE PRINCESSE ”. Le succès de ce film est tel à Abidjan que la rue la plus chaude de la ville a été rebaptisée « RUE PRINCESSE ». Tout cela confortera le cinéaste dans la voie qu’il s’est fixée : faire des films pour les Africains.

Réalisé en 1997, « UNE COULEUR CAFE" est la première coproduction de Focale 13 avec le Centre Cinématographique Marocain.

En octobre 2000, Laurent Gbagbo est élu Président de la République de Côte d’Ivoire. Henri Duparc entreprend de le convaincre de se confier à sa caméra pour raconter sa vie et son parcours d’opposant politique.

Commencé en septembre 2002, ce film-documentaire, intitulé "LAURENT GBAGBO : LA FORCE D’UN DESTIN", sera achevé en 2003.

Entre 2001 et 2003, Henri Duparc réalise d’autres documentaires et séries, notamment ‘’LES AVENTURES DE MOUSSA LE TAXIMAN” produit par le Ministère Français de la Santé (INPES) et le producteur délégué Partenaire Production.

En 2004, il décide de monter un nouveau projet de film de long métrage intitulé “CARAMEL”. Le film, présenté au public en 2005, fera 32.510 entrées dans une seule salle de cinéma à Abidjan, un succès que FOCALE 13 n’avait pas rencontré depuis ”BAL POUSSIERE”.

Henri Duparc est approché fin 2004 pour l’adaptation et la réalisation d’un film tiré de la pièce de Feydeau ”LA PUCE A L’OREILLE”. L’adaptation rebaptisée ”LA PUCE AFRICAINE” sera terminée en juillet 2005.

Il décède à Paris le 18 avril 2006 sans avoir finalisé ce projet.




Où trouver les films de HENRI DUPARC?
OU TROUVER LES FILMS DE HENRI DUPARC ?


Ils lui rendent hommage


Interviews


ACHETER OU LOUER LES FILMS